Les amis de Paul…

friendsSaint Jean de Valériscle le 02/10/2016

Les amis de Paul…

 Romains 16 La Bible du Semeur (BDS)

Salutations

1 Je vous recommande notre sœur Phœbé, diacre de l’Eglise de Cenchrées.

Réservez-lui, comme à quelqu’un qui appartient au Seigneur, l’accueil que lui doivent des chrétiens. Mettez-vous à sa disposition pour toute affaire où elle aurait besoin de vous. Car elle est intervenue en faveur de beaucoup et, en particulier, pour moi.

Saluez Prisca et Aquilas, mes collaborateurs dans le service du Christ Jésus.

Ils ont risqué leur vie pour sauver la mienne. Je ne suis pas seul à leur en devoir gratitude. C’est aussi le cas de toutes les Eglises des pays païens.

Saluez aussi l’Eglise qui se réunit dans leur maison.
Saluez mon cher Epaïnète: il est le premier à s’être tourné vers le Christ dans la province d’Asie.

Saluez Marie, qui s’est beaucoup dépensée pour vous.

Saluez Andronicus et Junia, mes compatriotes: ils ont été mes compagnons de captivité; ce sont des apôtres remarquables, qui se sont même convertis au Christ avant moi.

Saluez Ampliatus qui m’est très cher dans le Seigneur.

Saluez Urbain, notre collaborateur dans le service du Christ ainsi que mon cher Stachys.

10 Saluez Apellès, qui a prouvé son attachement au Christ. Saluez aussi les gens de la maison d’Aristobule

11 et Hérodion mon compatriote. Saluez les gens de la maison de Narcisse qui appartiennent au Seigneur.

12 Saluez Tryphène et Tryphose qui toutes deux travaillent pour le Seigneur, ainsi que ma chère Perside qui a beaucoup travaillé pour le Seigneur.

13 Saluez Rufus, cet homme de grande valeur, et sa mère, qui est aussi une mère pour moi.

14 Saluez Asyncrite, Phlégon, Hermès, Patrobas, Hermas, et tous les frères qui sont avec eux.

15 Saluez Philologue et Julie, Nérée et sa sœur, Olympas et tous ceux qui appartiennent à Dieu et sont avec eux.

16 Saluez-vous les uns les autres en vous donnant le baiser fraternel. Toutes les Eglises du Christ vous adressent leurs salutations.

17 Je vous engage instamment, chers frères, à prendre garde à ceux qui sèment la division et égarent les autres en s’opposant à l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux,

18 car les gens de cette sorte ne servent pas le Christ, notre Seigneur, mais leur ventre. Avec leurs belles paroles et leurs discours flatteurs, ils séduisent ceux qui ne discernent pas le mal.

19 Votre obéissance est connue de tous et cela me remplit de joie, mais je désire que vous sachiez discerner le bien et que vous soyez incorruptibles à l’égard du mal.

20 Le Dieu qui donne la paix ne tardera pas à écraser Satan sous vos pieds. Que la grâce de notre Seigneur Jésus soit avec vous.

21 Timothée, mon collaborateur, ainsi que mes compatriotes Lucius, Jason et Sosipater vous saluent.

22 Moi, Tertius qui écris cette lettre, j’ajoute mes salutations dans le Seigneur qui nous unit.

23 Vous saluent encore: Gaïus qui m’offre l’hospitalité et chez qui se réunit toute l’Église, Eraste, le trésorier de la ville, ainsi que le frère Quartus.

25 Béni soit Dieu! Il a le pouvoir de vous rendre forts dans la foi, conformément à la Bonne Nouvelle que je prêche. Elle est le message de Jésus-Christ et dévoile le plan de Dieu, tenu secret pendant les siècles passés

26 et qui s’accomplit de façon manifeste de nos jours. Comme l’a ordonné le Dieu éternel, il est porté, par les écrits des prophètes, à la connaissance de tous les peuples pour qu’ils soient amenés à lui obéir en croyant.

27 A ce Dieu qui seul possède la sagesse soit la gloire, de siècle en siècle, par Jésus-Christ. Amen.

———————————————————————————————————-

« Les amis de Georges étaient un peu anar’
Ils marchaient au gros rouge et grattaient leur guitare
Ils semblaient tous issus de la même famille.»

Qui se souvient encore de Georges Moustaki ? Le plus apathique de tous les chanteurs que la France a produit. Il est décédé maintenant et je le soupçonne de n’avoir jamais envisagé l’éternité autrement que comme un sommeil sans fin.

Avec sa gueule de métèque, de juif errant, de pâtre grec, Georges voulait célébrer Georges, Moustaki honorait Brassens.

Car les amis de Georges dont il est question sont ceux de Brassens…

Pour parler de Brassens, pour célébrer le grand homme, Moustaki évoque les satellites, les ombres qui l’entourent. Les amis de Georges… étonnamment indirect, mais foncièrement efficace et le portrait en creux qui est ainsi tracé est aussi un portrait fidèle.

En fait nous ne sommes pas surpris de cette efficacité, un autre grand homme l’avait célébrée un siècle plus tôt « Dis moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es » soutenait Victor Hugo.

Et puis, le chapitre 16 de l’épître aux Romains, une longue liste de 33 noms. Les amis de Paul. Ceux que Paul aime. Qu’en ferons-nous ? Il y a là un enseignement, un enseignement profond, fort, que Paul sans le vouloir nous donne sur lui même, à partir de lui même. Paul nous dit qui il aime et parce qu’il écrit cela aussi, il nous montre comment il aime. C’est important parce que Paul est pour nous un modèle, un modèle que les vingt siècles qui nous séparent n’ont pas usé.

Au début, un survol nous permet de croire que cette liste de nom nous mène en pays de connaissance. Les amis de Paul semblent nous avoir été présentés par ailleurs. Bien sur il y a ceux dont la présence est technique : Timothée par exemple, ce « jeune » que Paul a pris sous son aile et qui est devenu collaborateur de l’apôtre.

Tertius encore, le secrétaire. Celui qui physiquement écrit la lettre avec de l’encre sur du parchemin, ce précieux parchemin… Mais je vais y revenir. La, il faut se méfier d’une fausse impression. On pourrait avoir l’idée d’un Paul gérant une entreprise et le faisant avec les moyens que lui donne sa fonction supérieure, Paul dicte une lettre que son collaborateur va mettre au propre et dont il va s’occuper de l’expédition et de tout les aspects techniques pour que le « grand homme » puisse vaquer à des choses sérieuses, importantes, fondamentales. L’importance assumée de Paul lui vaudrait l’usage d’un secrétaire particulier.

Faux. Paul est un homme profondément modeste, attaché au choses de la vie, il n’est pas un rêveur détaché des contingences matérielles. Paul met bien souvent, trop souvent peut-être (à notre idée) la main à la pâte. Combien de jours, de mois, d’années Paul a t-il consacré à son métier de tisserand spécialisé dans la fabrication de tentes ? Tout cela parce qu’il n’avait pas d’autre moyen de subsistance. Paul n’était pas installé dans le rôle d’apôtre, comme un puissant un politique ou un intellectuel peut l’être. Une bonne part de son ministère Paul l’a accompli en tant que bénévole et il était fier de cela.

Alors si Paul avait un secrétaire à qui il dictait ses lettres, c’est parce que Paul était handicapé. Nous l’avons évoqué vendredi au Café Théo, Paul a un gros problème de vue qui l’empêche d’écrire et doit beaucoup le gêner même pour lire. Alors Paul dicte ses lettres et quelques fois il rajoute un mot ou deux de sa propre main avec, dit-il, de grandes lettres. Mais le parchemin c’est trop précieux pour le gaspiller alors on écrit petit, serré le grec en lettres majuscules et c’est un secrétaire qui le fait, car Dieu n’a pas guéri Paul : Il lui a dit « Ma grâce te suffit »… Voilà ce que nous révèle ou rappelle la présence de Tertius dans cette liste.

Paul donc était tisserand comme ses amis qui semblent l’avoir accompagné tout au long de son ministère, pas vraiment accompagné, plutôt leurs chemins se sont croisés souvent car eux aussi avaient la « bougeotte ». Priscille (Prisca) et Aquilas. Corinthe, Ephèse, Rome… ces deux la, ce couple bougent beaucoup. Ils tissent des tentes dans tout l’empire romain, ils y témoignent de Christ et même forment d’autres serviteurs de Dieu comme Apollos. Remarquons que dans la liste de Paul Priscille est citée avant Aquilas contrairement aux usages. Paul veut-il lui conférer une importance particulière ? Ce n’est pas certain, mais soyons sur que ce n’est pas innocent.

Et puisque nous y sommes évoquons la présence remarquable et remarquée de femmes dans ces amis. Elles sont huit. La première citée est Phœbé. Elle est originaire de Corinthe, Cenchrée est un des ports de Corinthe. Elle est diaconesse, C’est à dire qu’elle a un rôle important dans l’Église ou elle s’occupe particulièrement de l’aide aux personnes en difficulté. La première de la liste de Paul c’est elle. Digne compagne de Prisca que nous avons déjà évoqué. Paul malgré sa réputation de misogynie, place les femmes à une place ou on ne les attend pas, tout au moins dans le contexte de l’époque.

Cela finit même par poser problème. Car la troisième de ces femmes que Paul veut saluer, c’est Junia. Et la c’est caractéristique des choses que l’on ne supporte pas que la Parole dise. Pendant des siècles, les transcripteurs et traducteurs de la Bible, ne supportaient pas qu’une femme puisse être qualifiée d’apôtre, ils ont donc soupçonné une erreur et modifié l’orthographe des manuscrits les plus anciens et ont fait de Junia, Junias apôtre parmi les apôtres. Mais les manuscrit les plus cotés ont Junia, il n’y a rien à faire c’était très sûrement une femme car le prénom masculin Junias dérivé de Junianus, n’existait pas à cette époque. Il n’est apparu que bien plus tard. Junia une femme donc, estimée parmi les apôtre et dont l’histoire de l’Église a consciencieusement gommé l’existence contrairement à Paul qui la salue.

Aprés les femmes, il nous faut en venir aux personnages célèbres ou importants dans la liste, car il y en a.

Rufus, le frère d’Alexandre, le fils de Simon de Cyrène qui a porté la croix du Christ. Mais aussi Eraste qui fut le trésorier, l’intendant de la ville de Corinthe, on a retrouvé des inscriptions gravées attestant de cette fonction. Aristobule et Narcisse semblent aussi des gens menant grand train : ils ont des domestiques (esclaves?)…

Voici donc quelques personnes parmi les amis de Paul dont on peut dire quelque chose. Dix. J’ai cité dix noms jusqu’à présent, il en reste vingt trois et de ces vingt trois nous ne savons strictement rien. Juste qu’ils étaient amis de Paul. Notre portrait de Paul au travers de ses relations semble tourner court. Paul nous dit qui il aime, mais nous ne savons pas qui sont ces gens.

A quoi cela rime ? Je l’ai déjà sous entendu, le parchemin, la peau de chèvre ou de mouton très fine et soigneusement préparée que l’on utilisait comme support des écrits coûtait très cher. Paul vient de dicter à quelqu’un capable d’écrire en petits caractères un traité théologique très dense, très profond, un texte fondamental pour la foi chrétienne, il y a sur ce parchemin déjà 15 chapitres de théologie pure et dure, et là pour terminer Paul prend le temps et l’espace pour saluer ses amis. C’est le chapitre 16, très personnel et qui depuis 20 siecles occupe une place non négligeable dans la Bible pour nous parler de parfaits inconnus qui le resteront jusqu’à ce que nous soyons au ciel. Je repose ma question a quoi cela rime ? Pourquoi cette page d’échange de politesses ?

…mon cher Epaïnète

…Marie, qui s’est beaucoup dépensée

…Ampliatus qui m’est très cher

…mon cher Stachys.

…Apellès, qui a prouvé son attachement au Christ

…Tryphène et Tryphose qui toutes deux travaillent pour le Seigneur,

…ma chère Perside

…Rufus, cet homme de grande valeur

Quand Paul parle de ses amis, il n’a pas peur des superlatifs. Paul se bat pour ou contre des idées ou des attitudes, il les soutient avec virulence et les rejette parfois avec violence :

17 Je vous engage instamment, chers frères, à prendre garde à ceux qui sèment la division et égarent les autres en s’opposant à l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux,

18 car les gens de cette sorte ne servent pas le Christ, notre Seigneur, mais leur ventre. Avec leurs belles paroles et leurs discours flatteurs, ils séduisent ceux qui ne discernent pas le mal.

Ou encore dans ce même chapitre :

20 Le Dieu qui donne la paix ne tardera pas à écraser Satan sous vos pieds.

Mais quand il parle de ses amis, Paul cite des noms et évoque des sentiments et des émotions. Nous avons devant nous des êtres de chair et de sang, que Paul nous présente et fait vivre pour nous. Les amis de Paul ne sont pas des abstractions, ils ont droit de cité sur le précieux parchemin. Ils sont en eux même précieux, ils sont un trésor, le trésor que Paul nous présente et sur lequel il veille, un trésor qu’il chérit et qu’il nous présente sans fausse honte.

Finalement et malgré les apparences Paul ne nous dit pas qui il aime, mais il nous révèle au travers de quelques mots touchants comment il aime. Derrière tous ces noms il y a des femmes et des hommes avec des vies et des circonstances humaines, particulières et ce sont ces circonstances que l’amour de Paul pour eux prend pleinement en compte.

Dis moi qui tu aimes je te dirai qui tu es… L’adage de Victor Hugo n’a pas vraiment pu être mis en pratique ici ce matin. Mais il y a beaucoup mieux : Paul nous a dit non pas qui il aime, mais comment il aime. Et cela est précieux car nous pouvons nous demander maintenant comment nous, nous aimons.

Sommes nous capables de porter dans notre cœur, dans nos pensées, nos amis comme Paul les portaient ? Sommes nous véritablement et profondément solidaires d’eux ? Existent-ils en nous, même quand nous ne les voyons pas ?

Paul fait devant notre âme mentir un autre adage : loin des yeux loin du cœur. Nous sommes touchés par tant de fraîcheur, de simplicité et de naturel dans les relations.

Nos amis nous accompagnent-ils toujours et partout ? Sommes nous reconnaissants pour eux ? En sommes nous fiers en toutes circonstances ? Les aimons nous encore de loin ?

Cette semaine, nous avons eu une réunion de tous les pasteurs évangéliques d’Alès. Ça s’appelle une pastorale et cela se tient tout les deux mois. Cela se passe sous la présidence informelle de Charles Nicolas. Pendant des années nous y avons côtoyé Christian de Tonnac qui est venu ici une fois. Christian est maintenant à la retraite et un peu isolé, il ne peut plus participer. Mais Charles tout en sachant qu’il ne pourra pas venir lui fait systématiquement passer invitation et compte-rendu, et invariablement Christian répond pour s’excuser et nous souhaiter le meilleur. L’amitié selon Paul.

Saluez-vous les uns les autres en vous donnant le baiser fraternel. Toutes les Eglises du Christ vous adressent leurs salutations.

AMEN !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :