Culte du 27 octobre – Vertige – Jean-Marc

Matthieu 12 v1à21
1A cette époque, un jour de sabbat, Jésus traversait des champs de blé. Comme ses disciples avaient faim, ils se mirent à cueillir des épis pour en manger les grains.
2Quand les pharisiens virent cela, ils dirent à Jésus : Regarde tes disciples : ils font ce qui est interdit le jour du sabbat !
3Il leur répondit : N’avez-vous donc pas lu ce qu’a fait David lorsque lui et ses compagnons avaient faim ? 4Il est entré dans le sanctuaire de Dieu et il a mangé avec eux les pains exposés devant Dieu. Or, ni lui ni ses hommes n’avaient le droit d’en manger, ils étaient réservés uniquement aux prêtres. 5Ou bien, n’avez-vous pas lu dans la Loi que, le jour du sabbat, les prêtres qui travaillent dans le Temple violent la loi sur le sabbat, sans pour cela se rendre coupables d’aucune faute ?
6Or, je vous le dis : il y a ici plus que le Temple. 7Ah ! si vous aviez compris le sens de cette parole : Ce que je veux, c’est la compassion bien plus que les sacrifices, vous n’auriez pas condamné ces innocents. 8Car le Fils de l’homme est maître du sabbat.
9En partant de là, Jésus se rendit dans l’une de leurs synagogues. 10Il y avait là un homme paralysé d’une main.
Les pharisiens demandèrent à Jésus : A-t-on le droit de guérir quelqu’un le jour du sabbat ?
Ils voulaient ainsi pouvoir l’accuser.
11Mais il leur répondit : Supposez que l’un de vous n’ait qu’un seul mouton et qu’un jour de sabbat, il tombe dans un trou profond. Ne va-t-il pas le prendre et l’en sortir ? 12Eh bien, un homme a beaucoup plus de valeur qu’un mouton ! Il est donc permis de faire du bien le jour du sabbat.
13Alors il dit à l’homme : Etends la main !
Il la tendit et elle redevint saine, comme l’autre.
14Les pharisiens sortirent de la synagogue et se concertèrent sur les moyens de faire mourir Jésus.
Jésus le Serviteur de l’Eternel
15Quand Jésus sut qu’on voulait le tuer, il partit de là. Une grande foule le suivit et il guérit tous les malades. 16Mais il leur défendit formellement de le faire connaître. 17Ainsi devait s’accomplir cette parole du prophète Esaïe :
18 Voici mon serviteur, dit Dieu, celui que j’ai choisi,
celui que j’aime et qui fait toute ma joie.
Je ferai reposer mon Esprit sur lui
et il annoncera la justice à tous les peuples.
19 Il ne cherchera pas querelle,
il ne criera pas.
On n’entendra pas sa voix dans les rues.
20 Il ne brisera pas le roseau qui se ploie
et il n’éteindra pas la lampe
dont la mèche fume encore.
Il agira encore,
jusqu’à ce qu’il ait assuré le triomphe de la justice  .
21 Tous les peuples mettront leur espoir en lui  .

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :