Les fruits de l’Esprit – l’amabilité, la bonté, la douceur, la fidélité, la maitrise de soi.

Galates 5  v16à22 :

Je vous dis donc ceci : menez votre vie dans la dépendance du Saint-Esprit, et vous n’obéirez pas aux désirs qui animent l’homme livré à lui-même. 17 Car ses désirs sont diamétralement opposés à ceux de l’Esprit ; et l’Esprit a des désirs qui s’opposent à ceux de l’homme livré à lui-même. Les deux sont opposés l’un à l’autre, c’est pourquoi vous ne pouvez pas être votre propre maître[e]. 18 Mais si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes plus sous le régime de la Loi.

Tout le monde voit bien ce qui procède de l’homme livré à lui-même : l’immoralité, les pratiques dégradantes et la débauche, 20 l’adoration des idoles et la magie, les haines, les querelles, la jalousie, les accès de colère, les rivalités, les dissensions, les divisions, 21 l’envie, l’ivrognerie, les orgies et autres choses de ce genre. Je ne puis que répéter ce que j’ai déjà déclaré à ce sujet : ceux qui commettent de telles actions n’auront aucune part à l’héritage du royaume de Dieu.

Mais le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, l’amabilité, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi. La Loi ne condamne certes pas de telles choses.

Ne nous y trompons pas, marcher selon l’Esprit est un choix, c’est une bataille et cela n’est pas facile. Sinon il n’y aura pas tant de passages dans la Bible nous encourageant à porter l’armure de Christ. Nous sommes aidés dans notre marche par le fruit qui murit en nous. De la même manière que nous ne partirions pas au combat avec la moitié de notre armure, nous sommes appelés à vivre et faire grandir le fruit que l’Esprit de Dieu a mis en nous complètement et non pas en partie. On ne choisit pas d’aimer si cela nous arrange, non, nous aimons, même et surtout nos ennemis parce que nous connaissons quel amour Christ a manifesté pour nous à la croix en mourant pour nous. De cet amour, ce salut découle notre joie. Nous avons la vie en Jésus-Christ, peut importe ce qui arrive dans nos vies, nous sommes vivants. Cette assurance, cette espérance assoit la paix dans nos cœurs que nous avons en Dieu. Nous le connaissons, nous ne sommes plus ennemis du Dieu vivant, nous sommes aujourd’hui amis du Dieu très haut. Et ainsi nous attendons patiemment le retour de Christ, notre espérance, nous savons que cette vie ici-bas n’est que passagère. Mais en attendant la vie Éternelle, cette place que Dieu nous a promis au ciel, forts de toutes ces réalités que le Seigneur notre Dieu nous a laissées, nous honorons Dieu en obéissant à ses commandements et nous exerçons notre amabilité, notre bonté, la fidélité, la douceur et la maitrise de soi. Oui, nous répondons ainsi à la question de Christ : m’aimes-tu ? car Jésus a dit :

Jean14 v15

Si vous m’aimez, vous suivrez mes enseignements.

Est-ce que vous vous rendez compte que l’obéissance est une conséquence de notre salut et une réponse à ce que nous avons reçu de Dieu, de Jésus. C’est parce que nous avons reçu l’Esprit de Dieu que nous pouvons obéir et non l’inverse, qui serait de lui obéir pour recevoir quoi que cela soit. C’est parce que nous aimons Dieu pour ce qu’il a fait pour nous que nous lui obéissons et non l’inverse, qui serait d’obéir à Dieu en espérant avoir une relation d’amour avec lui. Et c’est pour cela que les quatre premières saveurs du fruit sont des qualités qui viennent de Dieu et qui s’appuient sur les attributs et l’œuvre du Père au travers de notre Seigneur Jésus-Christ. Les 5 dernières saveurs sont des expressions de ce que nous avons vu et reçu au travers de l’œuvre de Christ manifestée dans les premières vertus. C’est seulement lorsque nous sommes pleinement ancrés et rassurés de l’action de Dieu dans nos vies que nous pourrons continuer à exprimer toute la plénitude de Dieu au travers de la présence de son Esprit dans nos vies. En vivant selon l’exemple de l’Esprit dans nos vies nous obéissons tout naturellement aux commandements de Dieu car :

La loi ne condamne certes pas de telles choses.

Nous allons donc nous attarder sur ces derniers goûts du fruit de l’Esprit. Soyez-en sur, le fruit est un tout et chaque saveur est liée à l’autre, il n’est pas possible de n’avoir qu’une partie du goût.

Je le rappelle tout le fruit de l’Esprit est un ensemble d’attitudes et non d’actions. Ce n’est pas et cela ne sera jamais : si je fais cela je serai aimable, si je donne cela je serai plein de bonté, si je ne me mets pas en colère, je me maitriserai. Non, ce sont des attitudes de cœur, lorsque nous marchons sur le chemin de la sanctification, nous voulons ressembler à Christ, même s’il nous en coûte. Nous voulons manifester la vie que Dieu nous a donnée, alors notre attitude change. Nous acceptons de nous soumettre à la volonté de Dieu et d’aller contre les désirs de notre nature humaine. Nous sommes aimables non pas parce que l’autre est aimable envers nous, mais nous sommes aimables parce que nous avons reçu de Dieu la grâce, c’est une attitude de cœur et de vie. Nous sommes bons parce que Dieu est bon envers nous, il n’y a aucun lien avec l’autre. Nous nous maitrisons parce que Dieu a su retenir sa colère alors que nous étions encore pécheurs pour que nous soyons pardonnés. Alors nous nous contrôlons car nous connaissons le Père à travers Jésus-Christ qui est venu sur terre. Nous sommes doux car si Dieu cache encore sa gloire et sa grandeur c’est parce que nous ne pouvons pas supporter sa majesté. Il choisit de nous montrer sa douceur à nous pécheurs car nous ne pouvons vivre en voyant sa sainteté. Alors ce que nous avons reçu en cadeau, nous l’offrons en retour et nous sommes doux avec les autres parce qu’ils ont aussi besoin de la tendresse de notre Dieu.

Je l’ai dit, lorsque nous manifestons ces attitudes que nous voyons dans notre père céleste alors nous lui obéissons en réponse à ce que nous avons reçu. Ne pouvez-vous pas deviner cependant la suite logique de ce changement profond de vie nourri par la grâce de Dieu ? Nous devenons une plateforme pour l’évangélisation. Quand nous sommes ouvriers de paix, patients, bons, maîtres de nous-mêmes et doux, nous sommes à l’opposé de ce que le monde fait. Et le monde voit que nous servons un autre maitre que nous-mêmes. Aujourd’hui la société rend œil pour œil et dent pour dent. Si quelqu’un te fait du mal alors tu es en droit de rendre l’appareil. Le pardon n’existe pas. Les gens veulent aller de plus en plus vite et cèdent à tout ce que leurs cœurs désirent. Ils se créent des besoins. La télévision est devenue un besoin, une drogue. On ne peut plus vivre sans. Je ne parle pas bien sur des téléphones ou des tablettes qui volent notre temps. Nos loisirs, notre bien-être est primordial. Nous sommes une génération qui a droit au bonheur, une génération qui est centrée sur soi-même afin d’obtenir le désir de nos pensées. Cela n’est pas étonnant que même en tant que chrétiens nous ayons des difficultés à faire grandir le fruit de l’Esprit. Nous ne laissons que très peu de place à Dieu pour qu’il nous montre qui Il est. Et si nous ne prenons pas le temps de recevoir de lui et d’apprendre à le connaitre profondément, comment pouvons-nous alors vouloir lui ressembler ? Comment aller à contre-courant quand notre exemple est le monde et non la vie de sacrifice, d’amour et d’humilité de notre Seigneur Jésus. Oui, si nous cherchons notre bonheur en étant centrés sur nous-mêmes, comment pouvons-nous espérer savoir donner aux autres et marcher sur le chemin d’abandon de soi qu’est la sanctification. Comment espérerions-nous marchez selon l’Esprit. Et surtout, si rien ne nous différencie, si rien ne choque comparé à ce que le monde fait, comment pouvons-nous espérer partager la vie de Christ, si nous-mêmes ne sommes pas complètement soumis à son action et son œuvre dans nos vies. Je reviens au premier message de cette série ; nous devons faire le choix de marcher selon l’Esprit, nous devons nous assurer que nos vies ne soient remplies que de lui, que de sa parole, sa louange et des prières de reconnaissance. Je vous parlais d’une balance déséquilibrée vers Dieu ; aujourd’hui je vous dis que si vous voulez suivre Dieu, alors l’autre côté de la balance doit être vide. La bible n’utilise-t-elle pas des notions sans limites.

Psaumes 34 v2. Je bénirai l’Éternel en tout temps et à jamais, mes lèvres le loueront.

 

Josué 1 v7à8. Il te suffira d’être courageux et fort et d’observer entièrement la loi que mon serviteur Moïse t’a transmise.

Il n’y a pas de demi-mesure. C’est tout le temps, entièrement.

Psaumes 1 v1à3. Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, Et qui la médite jour et nuit !

Jour et nuit. Parfois je me dis que ce n’est pas possible, et puis je me dis que si. Je me dis que si j’appartiens à Dieu, alors, je ne peux plus appartenir à moi-même. Je veux connaître mon sauveur. Alors sur le chemin de la sanctification, j’apprends à élaguer tout ce qui n’est pas de Dieu. Non pas à diminuer ce qui n’honore pas Dieu, mais à complètement l’éliminer, car il n’y a pas de demi-mesure. Il n’y a pas de foi où je garde une partie de ce que je veux pour laisser toute la place à Dieu.

Ne cherchons donc pas à faire de bonnes œuvres. Ce matin, je ne veux pas, je ne peux pas vous lister toutes ces choses qui vous permettront de montrer votre amabilité, votre bonté, votre patience, et votre maitrise de vous. Vous avez certainement quelques exemples dans votre tête de tout ce que cela peut être pour vous. Ce matin, je désire vous montrer du doigt votre sauveur et vous rappeler votre engagement. Ce matin je désire que nous renouvelions ensemble notre engagement tel que Paul le rappelle dans l’introduction de l’épitre aux Galates :

Galates 2v 20. Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. Ma vie en tant qu’homme, je la vis maintenant dans la foi au Fils de Dieu qui, par amour pour moi, s’est livré à la mort à ma place.

Nous avons cet après-midi notre assemblée générale, nous allons discuter de ce que nous avons fait l’année dernière et probablement de nos projets futurs. Je ne crois pas me tromper en disant que nous allons vouloir faire beaucoup et puis nous rappeler que nous n’avons pas les capacités. Alors nous allons crier à Dieu, du fond de nos cœurs, pourquoi n’agis-tu pas plus ? pourquoi n’amènes-tu pas plus de monde ? ou bien alors, pourquoi ne changes-tu pas un tel ou un tel… Mais qui de nous aujourd’hui criera, Seigneur tout à toi. Je t’abandonne ma vie, encore aujourd’hui. Je veux marcher selon l’Esprit. Je veux prendre exemple sur toi, méditer ta parole jour et nuit, remplir mon intelligence de ton savoir, de ta sagesse, ma vie de ton amour, mon cœur de ta joie et de ta paix, et attendre patiemment d’être avec toi pour toujours, afin que fort de toute cette espérance dans la vie éternelle que j’ai reçu, je puisse manifester tes vertus d’amabilité, bonté, douceur et maitrise de soi. Nous laisserons-nous être transformés par la grâce et l’amour de notre Dieu. Accepterons-nous aujourd’hui et demain de choisir de vivre selon l’Esprit et d’abandonner les désirs de la chair, car l’un honore le Seigneur et l’autre a des désirs contraires à ce que veut l’Esprit. Aujourd’hui, que choisirez-vous, et surtout, à l’image de Christ, qu’abandonnerez-vous pour le suivre sur le chemin de la sanctification, sur le chemin de la croix. ?

Prière

Galates 5 v24à25

Or, ceux qui appartiennent à Jésus-Christ ont crucifié l’homme livré à lui-même avec ses passions et ses désirs. Puisque l’Esprit est la source de notre vie, conduisons-nous selon sa volonté. Ne soyons pas vaniteux et évitons de nous provoquer les uns les autres et de nous jalouser mutuellement.

Romains 12 v1à2

Je vous recommande donc, frères et sœurs, à cause de cette immense bonté de Dieu, à lui offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et qui plaise à Dieu. Ce sera là de votre part un culte raisonnable. Ne prenez pas comme modèle le monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :