Mentir ?

Dimanche 22 Juillet 2018

  1. Mentir ?

Lectures :

1 Rois 22:1-28

1 Trois années s’écoulèrent sans qu’il y ait de guerre entre la Syrie et Israël. Dans le courant de la troisième année, Josaphat, le roi de Juda, rendit visite à Achab, le roi d’Israël.

Or, celui-ci avait dit à ses ministres: Savez-vous que Ramoth en Galaad est à nous? Et pourtant nous ne faisons rien pour la reprendre au roi de Syrie!

Quand Josaphat vint le voir, Achab lui demanda donc: Viendras-tu attaquer avec moi Ramoth en Galaad?

Josaphat lui répondit: J’irai avec toi, mes troupes iront avec les tiennes, et mes chevaux avec les tiens.

Mais il ajouta: Consulte d’abord l’Eternel, je te prie.

Le prophète Michée face aux faux prophètes

Le roi d’Israël rassembla les prophètes, qui étaient environ quatre cents, et leur demanda: Dois-je aller combattre pour reprendre Ramoth en Galaad, ou dois-je y renoncer?

Ils répondirent: Vas-y! Le Seigneur la livrera au roi.

Mais Josaphat insista: N’y a-t-il plus ici aucun prophète de l’Eternel, par qui nous puissions le consulter?

Le roi d’Israël lui répondit: Il y a encore un homme par qui l’on pourrait consulter l’Eternel; mais je le déteste, car il ne m’annonce jamais rien de bon; il ne m’annonce que du mal. Il s’agit de Michée, fils de Yimla.

Josaphat s’écria: Que le roi ne parle pas ainsi!

Alors le roi d’Israël appela un chambellan et lui ordonna de faire venir au plus vite Michée, fils de Yimla. 10 Le roi d’Israël et Josaphat, roi de Juda, revêtus de leurs costumes royaux, siégeaient chacun sur un trône, sur l’esplanade qui s’étend devant la porte de Samarie, tandis que tous les prophètes étaient devant eux dans un état d’exaltation. 11 L’un d’eux, Sédécias, fils de Kenaana, s’était fabriqué des cornes de fer et affirmait: Voici ce que déclare l’Eternel: «Avec ces cornes, tu frapperas les Syriens jusqu’à leur extermination.»

12 Tous les autres prophètes confirmaient ce message et disaient: Va attaquer Ramoth en Galaad! Tu seras vainqueur, et l’Eternel livrera la ville au roi.

13 Pendant ce temps, le messager qui était allé chercher Michée lui dit: Les prophètes sont unanimes pour prédire du bien au roi. Tu ferais bien de parler comme eux et de lui prédire aussi le succès!

14 Michée lui répondit: Aussi vrai que l’Eternel est vivant, je transmettrai ce que l’Eternel me dira.

15 Lorsqu’il fut arrivé devant le roi, celui-ci lui demanda: Michée, devons-nous aller attaquer Ramoth en Galaad ou devons-nous y renoncer?

– Bien sûr, vas-y, lui répondit Michée, tu seras vainqueur, et l’Eternel livrera la ville au roi!

16 Mais le roi lui rétorqua: Combien de fois faudra-t-il que je t’adjure de me dire seulement la vérité de la part de l’Eternel?

17 Alors Michée déclara:

J’ai vu tous les Israélites disséminés sur les montagnes; ils ressemblaient à des brebis qui n’ont pas de berger. Et l’Eternel a dit: «Ces gens n’ont plus de souverain.
Que chacun d’eux retourne tranquillement chez soi!»

18 Le roi d’Israël dit alors à Josaphat: Je te l’avais bien dit: «Cet homme-là ne me prophétise jamais rien de bon, c’est toujours du mal.»

19 Mais Michée continua: Eh bien, oui. Ecoute ce que dit l’Eternel! J’ai vu l’Eternel siégeant sur son trône, tandis que toute l’armée des êtres célestes se tenait près de lui, à sa droite et à sa gauche. 20 L’Eternel demanda: «Qui trompera Achab pour qu’il aille attaquer Ramoth en Galaad et qu’il tombe sur le champ de bataille?» L’un proposait ceci, l’autre cela.21 Finalement, un esprit s’avança, se plaça devant l’Eternel et dit: «Moi, je le tromperai.» L’Eternel lui demanda: «Et comment t’y prendras-tu?» 22 «J’irai, répondit-il, inspirer des mensonges à tous ses prophètes.» L’Eternel dit: «Pour sûr, tu le tromperas, tu y réussiras. Va donc et fais comme tu l’as dit!» 23 Et maintenant, conclut Michée, c’est ce qui est arrivé: l’Eternel a fait qu’un esprit de mensonge inspire tous tes prophètes ici présents, car l’Eternel a résolu ta perte.

24 Alors Sédécias, fils de Kenaana, l’un des prophètes, s’approcha, gifla Michée et lui demanda: Par où l’esprit qui vient de l’Eternel est-il sorti de moi pour te parler?

25 Michée répondit: Tu le sauras le jour où tu fuiras en passant de chambre en chambre pour te cacher.

26 Aussitôt le roi d’Israël ordonna à l’un de ses officiers: Arrête Michée et emmène-le à Amôn, le gouverneur de la ville, et à Joas, le fils du roi[e]. 27 Tu leur ordonneras de ma part de jeter cet individu en prison et de ne lui donner qu’une ration réduite de pain et d’eau jusqu’à ce que je revienne sain et sauf de cette expédition.

28 Michée s’écria: Si vraiment tu reviens sain et sauf, ce sera la preuve que l’Eternel n’a pas parlé par moi.

+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+

Et pourtant, je croyais que mentir c’était mal…

C’est vrai que si je regarde autour de moi, je constate que le mensonge est partout et sous toutes ses formes.

Les hommes politiques jurent la bouche en cœur qu’ils n’ont rien fait de mal. Aux USA ils ont même inventé un mot pour remplacer le mot mensonge jugé violent : ils parlent de « faits alternatifs ».

Nous sommes cernés par les exagérations tendancieuses, les omissions coupables ou les interprétations spécieuses. Le mensonges est devenu banal, naturel. Notre monde ment comme il respire. Il fait même du mensonge un art de vivre, il y a une vingtaine d’années, un écrivain nommé Etienne Rey a commis un livre intitulé : « Éloge du mensonge ».

C’est vrai que le mensonge c’est commode, que ça paraît à première vue nous simplifier la vie. Que cela semble aider à se sortir de situations fâcheuses. C’est tellement commode que je puis affirmer que tous à un moment ou à un autre, sous une forme ou sous une autre, nous avons menti.

A la lecture de notre texte, nous pourrions même nous demander si il n’y a pas des mensonges licites puisque même Dieu semble utiliser le mensonge…

Qu’en est-il vraiment ?

Ce sera l’objet de notre méditation qui tournera autour des trois éléments suivants :

– Le mensonge est-il un péché véniel ?

– Non le mensonge c’est grave, très grave…

– Comment alors assumer le paradoxe de notre texte ?

I Le mensonge est-il un péché véniel ?

Notre lecture nous a mis mal à l’aise : le mensonge y est une arme, une arme contre Achab, une arme qui n’est pas maniée par Dieu mais par un esprit dont la nature ne fait aucun doute, mais une arme qui quand même paraît cautionnée par Dieu. Une arme permise et même approuvée !

Nous sommes troublés encore parce que ce mensonge n’est pas unique et que l’on surprend dans la Parole plusieurs fois des serviteurs de Dieu et non des moindres à mentir :

Abraham a menti à propos de Sarah en niant qu’elle soit sa femme (2 fois)

Élisée a menti aux soldats venus l’arrêter, son mensonge a même servi à leur tendre un piège… (2 Rois 6)

Rahab la prostituée de Jéricho a menti aux hommes venus la questionner au sujet des espions d’Israël.

Les sages femmes ont menti au pharaon au sujet des enfants juifs.

Tous ces exemples d’hommes et de femmes dont la foi est attestée nous troublent. Bien sur, nous savons que le mensonge est un péché, mais nous pourrions croire que dans certains cas, il nous est possible de l’utiliser.

Nous pourrions être tentés, à la vue de ces exemples, de croire qu’il y a des cas de « légitime défense » ou l’on peut se servir de l’arme du mensonge.

Il semble même que certains ait construit une théologie permissive à ce sujet. J’ai le souvenir d’avoir entendu parler dans ma jeunesse d’une notion qui m’a toujours laissé rêveur, «  le mensonge évangélique ». Celui censé nous aider à convaincre l’autre d’accepter le Seigneur. L’exemple type étant l’histoire saisissante que l’on a entendue et que l’on s’approprie en faisant croire à l’autre que c’est notre propre histoire.

Vous n’êtes pas convaincus ? Moi non plus.

II Le mensonge c’est toujours grave.

« Vous avez pour père le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement et il ne s’est pas tenu dans la vérité parce que la vérité n’est pas en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, ses paroles viennent de lui-même car il est menteur et le père du mensonge. »

Jean 8:44

Ces paroles de Jésus remettent les choses en place. Elles replacent le mensonge dans son véritable contexte, et elles lui donnent sa vraie dimension .

– Le mensonge est toujours et partout une œuvre de Satan.

Le mensonge est là depuis le premier péché des hommes, depuis cette affirmation du serpent ancien :

« Vous ne mourrez point… »

Premier mensonge relaté par la Bible. Le mensonge, c’est le fondement posé par Satan.

– Le mensonge est toujours et partout grave.

Le mensonge est placé par Jésus au même rang que le meurtre. Satan est meurtrier parce qu’il est menteur. Relevez-bien cette association, cette identité entre meurtre et mensonge car elle nous accompagnera jusqu’au bout de cette méditation et je souhaite qu’elle vous accompagne jusqu’au bout de votre vie.

Le mensonge c’est le meurtre !

Le mensonge est donc insupportable, inadmissible :

-Parce que Jésus est le chemin, la vérité et la vie.

-Parce que le Saint Esprit est un esprit de vérité

-Parce que la Parole est la vérité.

-Parce que Dieu est vérité

-Parce que Dieu veut des adorateurs en Esprit et en vérité.

Il n’y a aucune place dans la vie chrétienne pour le mensonge. On peut même dire sans exagérer que le mensonge est le péché qui est le plus rapidement sanctionné par le Seigneur, les exemples abondent, je n’en retiendrai que deux :

Guéhazi le serviteur d’Élisée qui ment à Naaman et à son maître se retrouve immédiatement et définitivement lépreux.

Annanias et Saphira qui meurent à cause de leur mensonge, uniquement à cause de leur mensonge.

Le mensonge est intolérable car il est une violence, un meurtre.

Le mensonge est intolérable car il est dans tous les cas un blasphème. Gieu est vérité et mentir c’est le remettre en cause.

III Contradiction ?

Faut-il abolir l’Ancien Testament ?

Ces pages que nous venons de lire sont-elles douteuses et doivent-elles être condamnées ?

Au contraire… Ces pages vont aussi dans le sens de la condamnation du mensonge. Comment ?

Parce qu’elles sont illustration, pédagogie, démonstration, Elle ne sont pas contradiction.

«  Si quelqu’un tue par l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée »

Apocalypse 13:10

Achab, le roi pervers est lui aussi menteur, inspiré par sa femme Jézabel, il a basé son règne sur le mensonge. Il a spolié Naboth de sa vigne par une fausse accusation.

Achab le menteur est trompé par le mensonge des faux prophètes et il en meurt.

Le menteur périt par le mensonge.

Le mensonge est un péché particulier, il est violence et à ce titre il est déjà jugé. Il est placé au même rang que l’épée.

Celui qui a tué par l’épée périra par l’épée.

Celui qui est menteur périra par le mensonge.

L’Ancien Testament nous montre Élie faisant périr par l’épée 400 prophètes de Baal en un même jour.

Aucun chrétien n’a pris prétexte de cela pour aller massacrer le Dalaï Lama, le révérend Moon, Tom Cruise ou John Travolta zélateurs de la scientologie.

De la même façon notre texte ne justifie pas le mensonge. Simplement il illustre de façon saisissante vers quelle catastrophe inévitable se précipite le menteur.

Personne n’est appelé à imiter Élie.

Personne n’est appelé à imiter Michée.

Conclusion

Nous terminons cette méditation en nous approchant de l’apôtre Jacques :

« … La langue est un petit membre mais elle a de grandes prétentions. Voyez comme un petit feu peut embraser une grande forêt. Or la langue est un feu, elle est le monde de l’injustice . »

Le mensonge œuvre diabolique de la langue est à rejeer toujours et partout.

Il est très important de maîtriser sa langue et de rejeter le mensonge sous toutes ses formes.

Dire le contraire de la vérité, c’est mentir mais dire moins que la vérité tout entière c’est mentir aussi.

Dire des choses ambiguës, floues c’est mentir encore, sous entendre des choses c’est mentir toujours.

Seule la vérité est lumière, le mensonge est toujours ténèbres.

Alors oui, Michée a menti à Achab et ce mensonge est avertissement pour Achab. On ment au menteur. Le mensonge créée l’illusion mais c’est la mort qui est là.

L’histoire de Michée et d’Achab est avertissement pour nous. Dés qu’il est dit, le mensonge est une catastrophe. Le mensonge appelle le mensonge et l’issue est toujours terrible.

Mentir c’est facile, très facile. Aussi devons nous nous tenir sur nos gardes et faire très attention. N’avez vous jamais eu l’impression après avoir proféré un mensonge, une approximation ou une exagération de ne pas l’avoir voulu, l’impression que c’est venu tout seul ?

Faisons attention à nos paroles car mentir c’est grave, très grave. Mentir c’est être violent, mentir c’est être meurtrier.

Jacques 3:2

« Si quelqu’un ne bronche pas en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride. »

Amen !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :